En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour recueillir vos informations de connexion, collecter des statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et adapter son contenu à vos centres d'intérêt.
En savoir plus et paramétrer les cookies Accepter
Appels d'offres en cours
agenda
Agenda
Solutions IT
  • 07/10/2015
    Salons Solutions

    Les prochains Salons Solutions vont regrouper 6 pôles thématiques complémentaires : ERP, Demat'Expo (dédié aux…

    en détail En détail...
  • 21/09/2015
    PARIS RETAIL WEEK

    En 2015, afin de répondre globalement aux besoins du marché, la 1ère édition de PARIS RETAIL WEEK est…

    en détail En détail...
Nominations
SuperBanner_DocXtractor_fr

Le mystère du langage DuQu résolu : du bon vieux C de papa

gk-webinarseptembre-pave

Nous vous avons fait récemment état que la perplexité des experts de Kaspersky Labs devant la complexité du code du malware DuQu et même quant au langage utilisé.

Il a été rapidement établi que DuQu est un malware « haut de gamme » dérivé du redoutable Stuxnet. Il a également été établi qu'une bonne partie du code a été écrite en C++, mais certains morceaux, bien que faisant clairement apparaître une orientation objet, ont résisté à l'analyse.

Kaspersky Labs a alors lancé un appel à la communauté des programmes. 200 commentaires et 60 mails ont été reçus à la suite de cet appel, qui ont permis de tout comprendre et de percer le mystère.

Dans un nouveau billet, aussi passionnant que le premier les experts de Kaspersky expliquent que le code de ce virus a tout simplement été écrit en C. Mais pas n'importe quel C. Du C à l'ancienne, à la papa, tel qu'on en voyait à une époque où C++ n'existaient pas encore et où des programmeurs chevronnés programmaient en ce langage avec une orientation objet. Il existait d'ailleurs des frameworks pour cela, et peut être que l'un d'eux a été utilisé. Le code a tout simplement été compilé avec Microsoft Visual Studio 2008 et les options de compilations qui vont bien pour obtenir un exécutable aussi compact que possible.

Pour les auteurs du billet de blog, il est très clair que les auteurs de DuQu sont des programmeurs de la vieille école, très efficaces et expérimentés:

« Toutes les conclusions ci-dessus indiquent une équipe de développeurs professionnels qui réutilisent du vieux code écrit par une élite de développeurs old school. De telles techniques sont normalement rencontrées dans les logiciels professionnels et à peu près jamais dans les malwares d'aujourd'hui. Une nouvelle fois, cela indique que DuQu, tout comme Stuxnet, est une gemme logicielle qui se distingue de tous les malwares abrutis que nous rencontrons couramment« .

Auteur : Frédéric Mazué

Sécurité et mobilité

Sécurité des transactions, protection des applications mobiles, faites le point avec ce livre blanc de 40 pages de Kobil

Lire le livre blanc
Nos derniers dossiers
Témoignages
Juridique
  • La loi sur le numérique prévue cet automne à l’Assemblée nationale

    Le rapport du Conseil national du numérique a été remis au Premier ministre Manuel Valls…

    > En savoir plus...
Paroles d'experts
Paroles
d'experts
  • Comment le DSI doit faire face au 'Shadow IT'? Ne pas tout bloquer,mais contrôler !

    Nous avons emprunté le terme Shadow IT à nos amis d’outre Atlantique, pour définir l’informatique…

    > En savoir plus...
Etudes/Enquêtes
  • Marché de la prestation informatique : hausse de 15 % de la demande au mois de juin 2015

    Le mois de juin 2015 affiche une belle augmentation des demandes de 15 % par…

    > En savoir plus...
newsletter
Inscription Newsletter

Restez informé. L’abonnement à la newsletter est gratuit.

> Abonnement
aruba-skycraper
Agenda
livres blancs
Les Livres
Blancs
  • Adopter un Cloud privé as a service, ou « Datacenter extension », hébergé sur des infrastructures externes…

    > Voir le livre
  • Comment exploiter la cartographie digitale en mobilité, comme un outil décisionnel ? Comment concevoir, intègrer et…

    > Voir le livre
GData_skyscrapper
x
Newsletter Solutions numériques

Restez informé. L’abonnement à
la newsletter est gratuit.

Inscrivez-vous