En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour recueillir vos informations de connexion, collecter des statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et adapter son contenu à vos centres d'intérêt.
En savoir plus et paramétrer les cookies Accepter
Comparateur de logiciels de gestion
Avec notre comparateur en ligne, trouvez en quelques clics la solution à votre besoin
agenda
Agenda
Solutions IT
  • 12/03/2018
    7ème édition de Big Data Paris

    Le congrès Big Data Paris se tiendra les 12 et 13 mars 2018 à Paris…

    en détail En détail...
  • 21/03/2018
    Cloud Computing World Expo et Solutions Datacenter Management

    La 9ème édition de l’évènement phare du Cloud et des datacenters a lieu les 21…

    en détail En détail...
Appels d'offres en cours
  • Photographe pour un shooting photo de boissons alcoolisées
    <300 €
    > En savoir plus
  • Création d'un site E-Commerce Magento pour de la vente de produits fitness
    < 220 000 €
    > En savoir plus
  • Mission de batterie de tests d'applications web pour un groupe spécialisé dans l'énergie.
    < 30 000 €
    > En savoir plus

Le conflit Apple – FBI peut-il se produire en France?

Par Diane Mullenex, avocat associée Pinsent Masons

L’affaire opposant actuellement la société Apple aux autorités fédérales américaines autour du chiffrement des données stockées dans les iPhones et l’accès de la justice aux données protégées n’est pas dénuée d’intérêt au regard du droit français. Si la question se posait en France, qu’en serait-il?

Dans cette affaire, le FBI demande à la société Apple de mettre au point un système d’exploitation iOS ad hoc permettant de contourner les mesures de sécurité qui empêchent l’accès aux données chiffrées sur un iPhone saisi par le FBI. La société refuse cette demande au nom de la protection des données de ses clients, craignant de créer une « backdoor » qui pourrait tomber entre de mauvaises mains. En effet, la problématique ne concerne pas tant l’accès aux données – dont une partie a déjà été saisie sur les serveurs de la société – que le moyen d’accéder à ces données qui requiert d’Apple de créer de toute pièce un « hack » de son propre système d’exploitation, sans garantie légale que cette version ne soit utilisée qu’une fois.

La position d’Apple semble  intenable au regard du droit français

Si la question se posait aujourd’hui en France, elle serait tout aussi inédite. La France s’est pourtant dotée d’un cadre légal destiné aux moyens de cryptologie et à leur utilisation, ainsi que des règles requérant la coopération des opérateurs télécoms et hébergeurs de données dans le cadre d’enquêtes. Ainsi, le chiffrement des données n’est pas a priori un frein aux enquêtes au centre desquelles le juge agit comme le garant des libertés individuelles. Depuis la loi renseignement de 2015, en matière de lutte anti-terroriste, les enquêteurs bénéficient même d’une marge de manœuvre élargie. L’accès aux données chiffrées est également garanti par le code pénal qui puni quiconque, ayant connaissance d’une convention de chiffrement, refuserait la demande des autorités de la délivrer ou de la mettre en œuvre. La position d’Apple semble ainsi intenable au regard du droit français. C’est sans compter le caractère atypique de la situation. En l’espèce, Apple ne refuse pas de donner la clé de chiffrement de l’iPhone, mais elle indique par contre ne pas la connaître ni être en mesure de la connaître. Le chiffrement des données au sein d’iOS est tel que pour le contourner il faudrait modifier le cœur-même des iDevices.

L’absence de réponse légale à cette question du chiffrement extrême des données inquiète et a motivé la rédaction de deux amendements au projet de loi de lutte contre le crime organisé et le terrorisme, visant à forcer les « fabricants d’outils de télécommunications, les opérateurs et les FAI » à rendre accessibles les données intéressant une enquête sous peine d’une amende de 2 millions d’euros. Si les amendements en question ont été rejetés lors des débats à l’Assemblée Nationale, d’autres mesures susceptibles de porter atteinte à l’intégrité des systèmes cryptographiques (et ainsi à la vie privée des individus) seront sûrement envisagées dans le cadre des discussions futures sur ce projet de loi.

Diane Mullenex, avocat.

Le conflit Apple – FBI peut-il se produire en France?
Notez cet article

Laisser un commentaire

L’e-paiement, à l’heure de la convergence

Le nouveau livre blanc de la rédaction de Solutions-Numériques (40 pages). Dans un contexte réglementaire évolutif, le foisonnement des innovations s'accroit: paiement instantané, blockchain, dématérialisation, transformation de l’écosystème des paiements avec son ouverture à de nouveaux acteurs...

Lire le livre blanc

Sondage

RGPD : ETES-VOUS PRÊT ? Le Règlement Général sur la Protection des Données entre en application le 25 mai 2018.

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Nos derniers dossiers
  • EDITO N°17

    Utopie ou réalité ? Les annonces quotidiennes de l’IT sont souvent à la frontière de…

  • La sécurité des données

    Spécial Assises de la sécurité 2017 - DSI et RSSI témoignent Gouvernance des données numériques…

Témoignages
Juridique
  • USA : les auteurs russes du piratage du Nasdaq écopent de lourdes peines de prison

    Deux russes, extradés il y a deux ans des Pays-Bas vers les Etats-Unis, ont été…

    > En savoir plus...
Paroles d'experts
Paroles
d'experts
  • Le multi-Cloud et la sécurité : en finir avec six idées reçues

    Selon Patrick Berdugo, directeur général France de F5 Networks, l’ambiguïté qui entoure le multi-Cloud peut…

    > En savoir plus...
Etudes/Enquêtes
  • RGPD : les entreprises manquent de contrôle sur les services Cloud RH et marketing

    Le "Netskope Cloud Report" de février 2018, qui fait le bilan de l'utilisation des services…

    > En savoir plus...
newsletter
Inscription Newsletter

Restez informé. L’abonnement à la newsletter est gratuit.

> Abonnement

Guide de la cybersécurité 2017-2018

Agenda
livres blancs
Les Livres
Blancs