En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour recueillir vos informations de connexion, collecter des statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et adapter son contenu à vos centres d'intérêt.
En savoir plus et paramétrer les cookies Accepter
Comparateur de logiciels de gestion
Avec notre comparateur en ligne, trouvez en quelques clics la solution à votre besoin
agenda
Agenda
Solutions IT
  • 20/03/2018
    Mobility Meetings, toutes les solutions mobiles

    Lancement d’un nouveau salon Mobility Meetings, qui aura lieu à Cannes les 20, 21 et…

    en détail En détail...
  • 10/04/2018
    JFTL – Journée Française des Tests Logiciels

    Le Comité Français des Tests logiciels organise la 10e édition de la Journée Française des…

    en détail En détail...

La deuxième version du Référentiel Général d’Interopérabilité est officialisée et recommande le standard bureautique ODF

Le référentiel d’État, qui pose les règles d’échange entre les administrations, vient d’être mis à jour. Plus fonctionnelle que la précédente, qui date de 2009, cette version décrit des profils d’interopérabilité. Sur le plan bureautique, elle recommande le standard bureautique ODF.

Pour rappel, « le RGI définit les normes, les standards, la sémantique et les répertoires de données pour que des organisations, des dispositifs et des systèmes puissent échanger facilement, et à moindre coût. Son objectif : favoriser la standardisation. Sans pour autant imposer une solution unique, il s’agit d’éviter la prolifération coûteuse de choix hétérogènes. Reposant sur des normes ouvertes, le RGI fixe ainsi les règles techniques assurant l’interopérabilité des systèmes d’information  », tel qu’il est décrit sur le site de l’Etat plateforme du gouvernement.

Dans cette deuxième version, plutôt que de dresser d’un seul bloc la liste des différents standards, le RGI a scénarisé plusieurs profils d’interopérabilité correspondant à autant de cas d’usage d’intégration. Pour chacun d’eux, le référentiel spécifie un ensemble de standards et de recommandations. Ils sont 9 au total : fondations état plateforme, web services SOAP, bureautique, archivage, géomatique, interopérabilité des organismes de protection sociale, orchestration de processus, conception de système, signature électronique

Parmi ces 9 profils, l’un concerne la bureautique. Par rapport à la version précédente, Open Document Format (ODF) passe du statut de standard « en observation » à celui de standard « recommandé », en raison de sa pertinence, de sa maturité, de son indépendance, de sa facilité de dépliement, de son soutien par l’industrie et de son ouverture.

Le CNLL salue le travail accompli malgré « les lobbyistes »

Le format de stockage des fichiers bureautique de Microsoft (.doc,.xls…) conserve pour sa part son statut « en observation », comme dans la première mouture du RGI.   » Nous avons assisté à une levée de boucliers et d’importantes pressions et intimidations de la part de l’éditeur américain et de ses lobbyistes. De ce fait notre gouvernement, après avoir validé qu’il ne pouvait pas avoir de problème de constitutionnalité, a demandé à la communauté européenne de valider ce référentiel et ce au regard du droit européen. L’Europe a rendu un avis favorable le 3 mars 2016 en précisant que « Le projet n’a pas un effet notable sur le commerce international ». Nous sommes donc toutes et tous rassurés que le fait d’utiliser des formats libres n’entrave pas les règles du commerce mondial « , fait remarquer le Conseil National du logiciel Libre (CNLL), qui salue « l’énorme travail et la persévérance de la DINSIC (la DSI de l’Etat) qui a su faire avancer et évoluer ce référentiel malgré les pressions exercées au plus haut niveau par Microsoft et les avis réservés du Syntec Numérique, opposés de l’Afdel (Tech in France maintenant) et des lobbyistes. »

Pour rappel, le CNLL participe activement au collectif EduNathon qui s’attaque à la convention signée fin novembre 2015 entre le ministère de l’éducation nationale et Microsoft. Selon le CNLL, cet accord n’a pas fait « l’objet d’une mise en concurrence par le Ministère ». « En refusant de la faire, en acceptant d’honorer une pratique déloyale et en signant un accord industriellement dangereux avec Microsoft France, la Ministre, Madame Najat Vallaud Belkacem s’est placée dans l’illégalité au regard du Code des marchés publics », indiquait fin janvier le Conseil National du Logiciel Libre.

Auteur : Juliette Paoli

La deuxième version du Référentiel Général d’Interopérabilité est officialisée et recommande le standard bureautique ODF
Notez cet article

Laisser un commentaire

L’e-paiement, à l’heure de la convergence

Le nouveau livre blanc de la rédaction de Solutions-Numériques (40 pages). Dans un contexte réglementaire évolutif, le foisonnement des innovations s'accroit: paiement instantané, blockchain, dématérialisation, transformation de l’écosystème des paiements avec son ouverture à de nouveaux acteurs...

Lire le livre blanc

Sondage

RGPD : ETES-VOUS PRÊT ? Le Règlement Général sur la Protection des Données entre en application le 25 mai 2018.

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Nos derniers dossiers
Témoignages
Juridique
  • Nouvelle-Zélande: la légalité de l'arrestation de Kim Dotcom, fondateur de Megaupload, en cause

    Les avocats de la défense de Kim Dotcom et ses collègues, qui risquent l'extradition vers…

    > En savoir plus...
Paroles d'experts
Paroles
d'experts
  • Expertise - Le data thinking pour réussir vos projets de data science en 7 étapes

    Stéphane Déprès, coach Agile & Consultant expert chez inspearit, propose aux lecteurs de Solutions Numériques…

    > En savoir plus...
Etudes/Enquêtes
  • Ransomware : la France paie un lourd tribut,175 000 € en moyenne

    Avec un coût médian de 175 000 €, la France est le deuxième pays le…

    > En savoir plus...
newsletter
Inscription Newsletter

Restez informé. L’abonnement à la newsletter est gratuit.

> Abonnement

Guide de la cybersécurité 2017-2018

Agenda
livres blancs
Les Livres
Blancs
  • Gestion des accès à privilèges

    > Voir le livre
  • Comment la signature électronique a permis à Salesforce, LinkedIn, et McAfee d’ améliorer leurs performances.

    > Voir le livre