En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour recueillir vos informations de connexion, collecter des statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et adapter son contenu à vos centres d'intérêt.
En savoir plus et paramétrer les cookies Accepter
Comparateur de logiciels de gestion
Avec notre comparateur en ligne, trouvez en quelques clics la solution à votre besoin
agenda
Agenda
Solutions IT
  • 06/12/2017
    Paris Open Source Summit

    Paris Open Source Summit, premier événement européen libre et open source, est le fruit de…

    en détail En détail...
  • 23/01/2018
    FIC 2018

    Pour son 10ème anniversaire, le Forum International de la Cybersécurité (FIC) réunira l’ensemble des acteurs…

    en détail En détail...
Appels d'offres en cours
  • Création d'un site e-commerce pour la vente de vêtements sur-mesure
    < 1 500 €
    > En savoir plus
  • Site internet de réservation pour la location de 4 salles de répétition
    A déterminer €
    > En savoir plus
  • Développement d’une plateforme de E-learning pour un institut pédagogique
    < 25000 €
    > En savoir plus
Innovaphone_AnywhereWorkplace_leaderboard

Industrie : comment les logiciels de gestion de production répondent-ils aux défis du made in France ?

12/11/2014 | commentaires 0 commentaire | Expert
BlueMind_Nouvelle version_pave

Laurent Luce, chef de Marché Industrie chez Sage, soutient que la technologie, et en particulier les nouveaux logiciels de gestion de production, rendent la relocalisation des industries vers l’Europe possible. Ils la rendent viable, mesurable et même avantageuse, notamment pour les PMI.

Si le gouvernement français encourage les industriels à relocaliser leurs usines dans l’hexagone, c’est avant tout pour que le pays puisse sauvegarder et créer des emplois, mais aussi pour protéger son savoir-faire dans des industries de pointe ou plus traditionnelles. D’ailleurs, le moment est propice : les coûts de production ont augmenté dans les pays émergents, avec entre autres une progression de 20% des salaires, réduisant ainsi l’intérêt d’y produire massivement, du moins pour les produits milieu et haut de gamme.

L’objectif pour les industriels est de faire en sorte que les coûts de main d’œuvre représentent 8 à 15% des coûts globaux des produits finis. De grands groupes industriels y parviennent en France, sans tirer les salaires vers le bas. Ces coûts pouvant difficilement être réduits, ce sont d’autres axes de coûts sur lesquels il est possible d’effectuer des économies. La GPAO (Gestion de Production Assistée par Ordinateur) permet de piloter au mieux ces coûts, en identifiant le coût par pièce de chaque produit fini (investissements machines, matière première, main d’œuvre) afin de déterminer où se trouvent les poches d’économies réalisables. 

Avec une bonne gestion, il est généralement possible de diminuer les stocks de matières premières de 20%, et donc leur coût de stockage et leur valeur comptable. En effet, le module CBN (Calcul de Besoin Net) d’une GPAO permet de gérer au plus proche les relations avec les sous-traitants locaux et fournisseurs en France. Le module de GMAO (maintenance) permet également de gérer le coût de cycle de vie des machines (TCO), en contribuant à l’optimisation de leur taux de rendement synthétique (TRS) et en déterminant leur taux d’amortissement.

En disposant d’un ERP complet dans lequel la gestion de production est intégrée à la gestion commerciale, l’entreprise peut également alléger sa chaîne d’achat, devenue plus complexe et plus coûteuse aujourd’hui. Ce type d’outil permet de savoir d’où l’on part, où l’on va, à quel coût et avec quel prix de vente possible et donc quelle marge dégager.

Relocaliser pour alléger les coûts et contraintes logistiques

L’entreprise doit disposer d’une trésorerie suffisante pour produire à l’étranger car par exemple en Chine, les sous-traitants exigent généralement d’être payés 30% à la commande et 70% au départ de la livraison.

De plus, la chaîne de valeur logistique est parfois longue, entraînant des délais de livraison pénalisant, tandis que le coût de transport des marchandises à lui aussi augmenté. Aussi, produire loin pour distribuer en France n’est plus spécialement intéressant financièrement et nécessite un BFR solide et rigide.

Par ailleurs, le besoin de traçabilité des matières premières et des produits finis fait désormais partie des contraintes inévitables de l’industrie mondialisée. La GPAO assure ce suivi de façon fiable, il s’agit d’ailleurs de la première raison d’acquisition de ce type de logiciels pour les PMI. La traçabilité est une information indispensable pour assurer aux clients finaux qu’ils achètent bien français.

Le retour en force du Made in France

Le grand public est aujourd’hui sensibilisé à l’argument du fabriqué en France, en partie grâce aux efforts du gouvernement en la matière ainsi que des industriels qui ont joué le jeu dans leur communication. La nécessité de sauvegarder les emplois en période de crise et la volonté de consommer en toute sécurité, rencontre un écho favorable chez les consommateurs et c’est une opportunité à saisir pour les PMI.

Pour justifier que ses produits sont bien fabriqués en France, une entreprise peut s’appuyer  entre autres sur deux labels : « Made in France » et « OFG (Origine France Garantie) ». Pour être éligible à l’un de ces labels, il faut pouvoir prouver qu’au moins 50% de la production du produit a été réalisée en France et répondre à des critères de qualité contrôlés par Veritas. Une analyse précise des processus de production est donc nécessaire et là encore apportée par un logiciel de GPAO.

Une compétitivité hors coût déterminante et au cœur du processus de relocalisation

Si elles relocalisent en France, les PMI peuvent espérer profiter d’une baisse de leurs coûts, d’une amélioration de leur trésorerie, de leurs délais de livraison et d’un allègement de la chaîne d’achat. Mais elles peuvent surtout bénéficier d’une compétitivité hors coût.

En premier lieu, elles peuvent améliorer grandement la qualité de leurs produits. Un même produit fabriqué en France ou en Asie n’aura pas le même taux de qualité, et les preuves ne manquent pas pour illustrer cet état de fait. Les modules de qualité et de standardisation à la norme ISO, disponibles dans la GPAO, constituent une garantie dans ce domaine.

Les entreprises industrielles peuvent également répondre plus facilement à une autre tendance de fond demandée par les consommateurs finaux : la personnalisation des produits. La complexité de mise en place de plus petites séries de produits pour répondre de façon ciblée à la demande s’accommode mieux d’une production sur site que délocalisée, si on veut là encore produire qualitativement. La GPAO propose à ce titre des gammes et des nomenclatures standards et spécifiques à même de répondre au besoin d’agilité de production nécessaire. Il en va de même pour l’innovation, soutenue par des modules de CAO (Conception Assistée par Ordinateur) ou de PLM (Product Lifecycle Management) dans un ERP.

In fine, l’amélioration des différents facteurs de compétitivité hors coût (qualité, innovation, personnalisation, made in France…) permet d’augmenter la notoriété de l’entreprise et donc ses parts de marché face à la concurrence. Une solide rampe de lancement pour s’engager ensuite dans l’export vers des pays demandeurs de produits français, comme l’Asie par exemple.

Si les conditions conjoncturelles sont aujourd’hui réunies pour pouvoir produire en France, c’est bien l’utilisation d’outils de GPAO ou d’ERP performants (mais pas nécessairement coûteux, avec par exemple des abonnements mensuels) qui permet aux entreprises de comparer les avantages et les inconvénients d’une délocalisation/relocalisation, grâce à des simulations effectuées à partir de leurs données. Une bonne gestion de production innovante est donc indispensable à la PMI pour qu’elle bénéficie d’un levier de compétitivité et d’une activité pérenne. Son innovation profite finalement à tout son écosystème et par extension à la France elle-même.

Auteur : Juliette Paoli

Industrie : comment les logiciels de gestion de production répondent-ils aux défis du made in France ?
Notez cet article

Laisser un commentaire

Webinaire Signature électronique

Les services de signature électronique, cachet serveur et d’horodatage Universign confèrent une dimension juridique à tous types de documents électroniques : valeur légale, intégrité dans le temps, authenticité des auteurs et des signataires.

Assister au webinaire du 30 novembre

Sondage

RGPD : ETES-VOUS PRÊT ? Le Règlement Général sur la Protection des Données entre en application le 25 mai 2018.

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Nos derniers dossiers
  • La sécurité des données

    Spécial Assises de la sécurité 2017 - DSI et RSSI témoignent Gouvernance des données numériques…

  • EDITO N°18

    La stratégie de l’extincteur Les feuilletons dramatiques de ces derniers mois ont été notamment les…

Témoignages
Juridique
  • Aides d'État: la Commission assigne l'Irlande devant la Cour de justice pour non-récupération des 13 milliards € d'avantages fiscaux perçus illégalement par Apple

    La Commission européenne a décidé d'assigner l'Irlande devant la Cour de justice de l'UE pour…

    > En savoir plus...
Paroles d'experts
Paroles
d'experts
  • Faille WAP2 : Krack ou l'hypocrisie mondiale des maîtres du monde

    Pour Frans Imbert-Vier, PDG d'UBCOM (société spécialisée sur le digital et la cybersécurité), si la…

    > En savoir plus...
Etudes/Enquêtes
  • Le Canadien toujours content au travail, et d'être connecté

    Les Canadiens sont moins nombreux à trouver un bon équilibre entre le travail et la…

    > En savoir plus...
newsletter
Inscription Newsletter

Restez informé. L’abonnement à la newsletter est gratuit.

> Abonnement

Guide de la cybersécurité 2017-2018

Global Knowledge_Docker_Skycraper
Agenda
livres blancs
Les Livres
Blancs
  • Gestion des accès à privilèges

    > Voir le livre
  • Usages et technologies : concrétisez la transformation digitale de votre métier

    > Voir le livre
Systancia_keynote nov_skycrapper