En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour recueillir vos informations de connexion, collecter des statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et adapter son contenu à vos centres d'intérêt.
En savoir plus et paramétrer les cookies Accepter
Comparateur de logiciels de gestion
Avec notre comparateur en ligne, trouvez en quelques clics la solution à votre besoin
agenda
Agenda
Solutions IT
  • 23/01/2018
    FIC 2018

    Pour son 10ème anniversaire, le Forum International de la Cybersécurité (FIC) réunira l’ensemble des acteurs…

    en détail En détail...
  • 06/12/2017
    Paris Open Source Summit

    Paris Open Source Summit, premier événement européen libre et open source, est le fruit de…

    en détail En détail...
Appels d'offres en cours
  • Graphiste/infographiste pour la création de personnages en 2D
    < 6 000 €
    > En savoir plus
  • Création d'un site vitrine pour une entreprise de nettoyage
    A déterminer €
    > En savoir plus
  • Formateur pour une enseigne spécialisée dans la quincaillerie
    A déterminer €
    > En savoir plus
Global Knowledge_Docker_leaderboard

Droit à l’oubli : Google condamné à 100 000 euros d’amende par la Cnil

Universign_maitrisez risques signature elec_pave

La Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL) a condamné Google à 100 000 euros d’amende pour ne pas avoir appliqué le droit à l’oubli sur l’ensemble des extensions géographiques de son nom de domaine.

C’est ce que lui reprochait la Cnil il y a un peu moins d’une année en mettant en demeure la société de procéder au déréférencement sur toutes les extensions de « Google  Search » dans un délai de 15 jours, « conformément à l’arrêt de la cour de Justice de l’Union européenne ». Le déférencement des liens demandés par les internautes européens n’était effectif que sur le nom de domaine local, google.fr par exemple, et non pas sur google.com ni sur les extensions non européennes. « En réplique, Google avait affirmé qu’il ne revient pas à une agence nationale de protection des données à caractère personnel de se revendiquer « une autorité à l’échelle mondiale pour contrôler les informations auxquelles ont accès les internautes à travers le monde » », explique Antoine Chéron, avocat, fondateur du cabinet ACBM (http://www.acbm-avocats.com).

Les propositions de Google pas assez efficaces

En l’absence de mise en conformité de Google dans le délai imparti par la mise en demeure, la Présidente de la CNIL, Isabelle Falque-Pierrotin, avait alors décidé d’engager une procédure de sanction à l’encontre de la société. Un rapporteur avait ainsi été désigné et fixé une date d’audience devant la formation restreinte de la CNIL, fixée au 28 janvier 2016. Une semaine avant l’audience, Google avait proposé outre le déréférencement sur toutes les extensions européennes de son moteur de recherche, de mettre en place un filtrage : ceux qui consultent le moteur de recherche à partir du même pays d’origine que le plaignant ne verront plus le résultat déréférencé apparaître. « Comme soutenu par la CNIL, ce filtre ne permettrait pas de garantir efficacement le droit au respect de la vie privée au travers du droit à l’oubli », indique Maître Chéron. Pour la Cnil en effet, des relations personnelles ou professionnelles vivant en dehors de l’Europe continuent d’accéder au résultat de la recherche déréférencé qui pointe vers un contenu pouvant porter atteinte à la vie privée de la personne concernée. De même pour celles vivant en Europe et qui utilisent une extension non européenne du moteur de recherche (« .com ») avec une adresse IP non française (anglaise, espagnole, suisse…). Par ailleurs, souligne-t-elle, « des solutions techniques permettent facilement de contourner la mesure de filtrage de Google en proposant à l’internaute de modifier l’origine géographique de son adresse IP. »

« A contrario, la position du géant américain est justifiée notamment au regard du principe de neutralité des contenus sur internet », estime Maître Cheron. « De plus, le droit à l’oubli affaiblit la valeur économique de Google qui réside dans le référencement des liens hypertextes et qui est fondé sur le droit à l’information », analyse-t-il, avant de préciser que Google entend contester cette décision.

Auteur : Juliette Paoli

Droit à l’oubli : Google condamné à 100 000 euros d’amende par la Cnil
Notez cet article

Laisser un commentaire

Réinventer les processus à l’heure de la transformation numérique

Comment mettre en place une approche BPM -Collaboration IT / métier efficace –Retour d’expériences. Webinaire : mardi 28 novembre de 11h00 à 11h45, avec CXP Group.

Infos et inscription

Sondage

Noël : quel cadeau High tech pour vous même ou vos proches? (3 choix possibles)

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Nos derniers dossiers
Témoignages
Juridique
  • Juridique - Données personnelles ou non : vers un marché numérique unique ?

      Le 13 septembre 2017, la Commission européenne a adopté la proposition de règlement fixant…

    > En savoir plus...
Paroles d'experts
Paroles
d'experts
  • Expert - Collaboration entre développeurs freelances et entreprises : pourquoi les grands groupes doivent recruter un Chief Freelance Officer

    Recruter un Chief Freelance Officer ? Charles Thomas, CEO et co-fondateur de Comet, une start-up…

    > En savoir plus...
Etudes/Enquêtes
  • 8 dirigeants d'entreprise sur 10 victimes de violation de données

    Basée sur les adresses e-mail de cadres dirigeants de plus de 200 entreprises parmi les…

    > En savoir plus...
newsletter
Inscription Newsletter

Restez informé. L’abonnement à la newsletter est gratuit.

> Abonnement

Guide de la cybersécurité 2017-2018

Global Knowledge_Docker_Skycraper
Agenda
livres blancs
Les Livres
Blancs
elo_processus pointe_skyscraper