En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour recueillir vos informations de connexion, collecter des statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et adapter son contenu à vos centres d'intérêt.
En savoir plus et paramétrer les cookies Accepter
Comparateur de logiciels de gestion
Avec notre comparateur en ligne, trouvez en quelques clics la solution à votre besoin
agenda
Agenda
Solutions IT
  • 28/09/2017
    Journée de la Transition Numérique 2017

    La seconde Journée de la Transition Numérique eFutura se tiendra le jeudi 28 septembre 2017 à Paris.…

    en détail En détail...
  • 04/10/2017
    Convention USF 2017

    L'événement annuel de référence de l’ensemble de l’écosystème SAP français aura lieu cette année les…

    en détail En détail...
Appels d'offres en cours
  • Campagne Google Adwords pour un site E-commerce Joomla
    A déterminer €
    > En savoir plus
  • Projet de Création d'un site de réservation dans le tourisme
    < 8 000 €
    > En savoir plus
  • Référencement naturel (SEO) d'un site E-Commerce Prestashop
    A déterminer €
    > En savoir plus
Microsoft_MS exp 17_Manageo_PROMESSE_leaderboard s39 40

Les nouveaux serveurs réintègrent le stockage

Microsoft_MS experience S1 AI_pave

Avec la montée en puissance des machines virtuelles, le stockage est revenu au premier plan des préoccupations des administrateurs de serveurs, en particulier dans les data centers.

«Perdre une machine virtuelle» est monnaie courante sur les grands datacenters et dans ce cas il faut la «remonter le plus vite possible» avec un back up si possible très récent. Si l'on combine cette nécessité avec celle de pouvoir ajouter sans cesse de nouvelles machines et de vrais serveurs, une nouvelle génération de clusters dits «hyper convergés» commence à connaître un certain succès ; ils sont en train de tuer le réseau de stockage ; les fameux SAN qui de plus en plus apparaissent comme des structures de ralentissement.

Pour l'instant, l'une des firmes le plus réputées dans le domaine du stockage des machines virtuelles hyperconvergées s'appelle Nutanix et joue justement sur le côté simplificateur de l'administration des VM. La firme a reçu début janvier 2014 un fonds de plus de 101 millions de dollars pour asseoir sa position de start up prometteuse. Chez Nutanix, plus besoin de jongler avec les scripts de paramétrage. En 30 minutes clé en main, vous pouvez surfer sur l'interface Prism Management Software (un nom désormais synonyme d'espionnage US qui tout en faisant sourire devrait sûrement être modifié pour ne pas effrayer les clients). Le tableau de bord Prism rédigé en HTML5 dispose d'interface de programmation de type REST, assez courante, ce qui devrait simplifier l'intégration d'application d'administration du cloud. Christophe Campet, ingénieur avant-vente chez l'intégrateur Claranet rappelait récemment lors d'un visite de son data center: «Avec les plateformes virtualisées, le principal goulet d'étranglement réside dans le stockage. Si on agrège un nombre important de plateformes virtualisées sur un SAN, on va rapidement être confronté à des problèmes de performances. Sans parler des effets de seuil en termes d'investissement quand on doit ajouter une baie. Avec les serveurs de type Nutanix, la première marche est plus facile à franchir.»

Compacité et administration simplifiée

L'idée pour Nutanix est bien sûr de vendre des palettes de boîtiers compacts NX1000, 3000 et 6000 aux hébergeurs qui n'auront plus à se soucier de visser les disques et les cartes dans les racks. Là, d'un seul coup, à raison de deux ou quatre blocs serveurs par boîtier, on dispose d'un ensemble cohérent de serveurs Intel multiprocesseurs Sandy ou Ivy bridge, aptes à accueillir de 5 à 100 VM par bloc. La compacité des serveurs n'est pas un handicap pour la gestion des disques SSD et HD qui s'insèrent à raison de 4 à 5 disques de 1 à 4 To par bloc, les SSD étant de 128 ou 256 Go. L'intérêt de ces boîtiers, outre leur compacité et leur administration simplifiée, est d'offrir une consommation électrique réduite. Déjà utilisés par l'hébergeur Claranet, ces racks préfigurent les prochaines générations de serveurs toujours plus compacts. Pour les différencier de l'existant, les spécialistes VMware parlent d'architecture hyper convergée par opposition aux infrastructures convergées traditionnelles de type Vblock (VCE), FlexPod (Cisco-Netapp), PureFlex (IBM), vStart (Dell) ou BladeMatrix (HP)…

Très récemment, Microsoft a montré les fonctions de ce type, qu'on appelle Scale out, sur des serveurs Nutanix dans son centre de démonstrations d'Issy les Moulineaux. Lors des Techdays qui se déroulent début février au Palais des Congrès, Porte Maillot à Paris, la firme y montre les avantages des récentes évolutions de Windows 2012 R2 qui simplifient la gestion des backups.

Simplicité et performances

Mais Nutanix n'est pas seul. Son principal concurrent s'appelle Scale Computing qui, s'il continue à la vitesse actuelle, devrait devenir l'un des principaux acteurs du cluster. A moins qu'il ne soit dévoré par l'un des cinq grand fournisseurs de serveurs (HP, IBM, Dell, Oracle ou Lenovo). Nouveau venu en France, Scale Computing est propulsé par le distributeur lyonnais Hermitage Solutions qui a bien compris l'intérêt des serveurs dits «convergés». Sur le fond, de l'avis même de son service marketing, les machines de Scale Computing reprennent les mêmes idées que celles de Nutanix mais en HC3 exploitant en interne l'hyperviseur KVM, gratuit. Le système HC3 mutualise les puissances de calcul (CPU, mémoire) et démarre automatiquement les machines virtuelles sur le serveur possédant le plus de ressources disponibles. Cette architecture en cluster permet ainsi de bénéficier avec simplicité d'une solution de virtualisation fournissant haute disponibilité et tolérance aux pannes. Cela évite de payer la licence Vsphere de VMware pour le stockage et les serveurs eux-mêmes, sachant que les VM tournent indifféremment sur les différentes instances virtualisées. L'argument de Scale Computing est donc aussi de simplifier l'administration des VM et de proposer une offre prête à l'emploi. Au lieu de passer par les protocoles iSCSI ou NFS comme ses concurrents et de recréer des appliances virtuelles, finalement comme de nouveaux SAN, la solution des deux concurrents Nutanix ou Simplivity donne un accès direct au stockage.

Selon nos informations, le logiciel de Scale Computing pilote ainsi directement des pools de disques SAS ou Sata selon le mode Raid 10. Basés sur de la ram et des disques classiques, les serveurs très compacts de Scale démarrent à moins de 23 000 dollars alors que les serveurs concurrents qui exploitent des cartes SSD sur le bus principal comme les Fusion-IO coûtent de deux à trois fois plus cher. L'équipe de Scale Computing vise les PME, un créneau mal ciblé par les grands du stockage qui visent surtout les entreprises du CAC 40 ou les gros hébergeurs.

HC3 de Scale Computing a mis en évidence la nécessité de ses produits en expliquant le choix de l'une des filiales de Safran, Safran Power (anciennement Goodrich Electric Power Systems), qui avait depuis des années des soucis avec ses sauvegardes sur bandes au fur et à mesure de la croissance de l'activité et de la taille des fichiers (lire encadré).

Une tendance qui va se généraliser

Sans aller tout à fait vers ce type d'intégration maximale optimisée pour les disques, Lenovo à l'instar de Dell et de ses vStart fait aussi depuis le VMworld d'Octobre 2013, la promotion de serveurs conçus dans l'optique de la virtualisation. HP qui fait la promotion d'un système entièrement virtualisé avec des disques SSD prépare des clusters assez comparables.

Chez Lenovo, les deux nouveaux serveurs rack s'appelle le ThinkServer RD540 et le ThinkServer RD640, équipés des récents Xeon E5. Ils sont comme leurs concurrents destinés à répondre aux besoins de la virtualisation, du Cloud et des calculs intensifs. Ils sont équipés en standard de disques RAID pour la protection des données, de fonctionnalités de gestion web à distance et d'une suite d'outils d'administration. La virtualisation du stockage, toujours mieux maîtrisée par les fabricants de serveurs, est un moteur du changement dans les datacenters.

HC3 de Scale Computing en place chez Safran Power

Safran Power est une entité de Labinal Power Systems, filiale de Safran, premier fournisseur mondial d'équipement aéronautique. Labinal Power Systems, société britannique spécialisée dans l'énergie électrique à bord des avions : gestion des équipements électriques de puissance (moteurs, alimentation, câblage).

L'infrastructure de stockage de Safran Power au Royaume-Uni a l'habitude de traiter des dizaines de millions de fichiers PDF et de petits fichiers, qu'il s'agisse des fichiers de programmation ou des fichiers multimédias plus lourds issus de 750 postes de travail. Les opérations s'effectuaient sur 17 serveurs physiques et près de 35 machines virtuelles. En règle générale, la maintenance du serveur nécessitait d'arrêter régulièrement les serveurs de production pour effectuer les sauvegardes. Prévues le week-end, ces sauvegardes commençaient habituellement le vendredi soir et se terminaient le lundi matin. La situation issue de l'ancienne organisation qui réclamait ces arrêts des serveurs de production était pour Safran incompatible avec les objectifs de disponibilité des services Internet. Il fallait bouleverser l'organisation et rendre les week-ends opérationnels. En Octobre 2012, Leonard Powers, directeur de l'infrastructure informatique et de l'ingénierie a réalisé que non seulement Safran Power risquait d'être à court de stockage et que le bail de location des équipements existants était sur le point d'expirer. Comme le volume de données de l'organisation continuait à croître à un rythme alarmant, et que tous les 3 ans, le cycle de migration des données réclamait de nouvelles infrastructures, Powers s'est donc penché sur des solutions réduisant complètement les durées de sauvegardes et permettant une évolution simplifiée. Dell et HP ont été consultés et dans les deux cas les coûts élevés des licences de VMware l'ont fait réfléchir. L'évolution des solutions Dell d'origine Equalogic d'une part et celles de HP, du fait du prix des disques, rendaient la migration extrêmement coûteuse.

En cherchant des solutions où la virtualisation et la capacité de croissance étaient deux critères essentiels, Powers a cherché à tester les serveurs en clusters de HC3 de Scale Computing en grandeur réelle. Au vu de la simplicité de mise en œuvre et de la capacité d'évolution, Safran Royaume-Uni a rapidement décidé, de mettre en route un cluster de 2 fois x 8 nœuds Systèmes HC3 comme un point de départ pour les besoins de son organisation aujourd'hui.

> Entreprise Safran

65 000 employés (dans le monde entier)

> Succursale Safran Power

600 employés (900 dans le monde)

Personnel informatique 8 employés

Machines virtuelles 52

Systèmes d'exploitation Windows 2012, Windows 2008R2, Windows 2003R2

Et Linux

> Configuration de la solution HC3

• 2 x 8 nœuds Systèmes HC3

• 512 Go de RAM

• 16 processeurs Quad Core Intel

• 32 ports gigabit Ethernet de 10 Gbits

• 64 disques SATA de 2To

Auteur : Thierry Outrebon

Dossier publié dans Solutions Logiciels N°45

Les nouveaux serveurs réintègrent le stockage
Notez cet article

Laisser un commentaire

2 jours consacrés à l’intelligence numérique

Les 3 et 4 octobre, Microsoft experiences’ 17 accueillera plus de 14 000 visiteurs au Palais des Congrès de Paris, dont les managers des plus grandes sociétés européennes, start-ups, incubateurs...

Agenda & inscription

Sondage

Windows 10 et vous

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Nos derniers dossiers
Témoignages
Juridique
  • Juridique - Données personnelles : la Cnil, aujourd'hui moins clémente, sanctionne pécuniairement Hertz France

    C’est la première fois qu’une sanction pécuniaire est prononcée par la CNIL pour une violation…

    > En savoir plus...
Paroles d'experts
Paroles
d'experts
  • 10 règles élémentaires de cyber-hygiène pour réduire les risques

    Garantir une protection et une maintenance adéquates des terminaux et systèmes informatiques, et mettre en…

    > En savoir plus...
Etudes/Enquêtes
  • Ransomware : les entreprises comptent dorénavant pour 42 % des infections

    Après une croissance de 36 % entre 2015 et 2016, le taux d'infection en ce…

    > En savoir plus...
newsletter
Inscription Newsletter

Restez informé. L’abonnement à la newsletter est gratuit.

> Abonnement
Bomgar_Cybersecurity_skycraper
Agenda
livres blancs
Les Livres
Blancs
Bomgar_Cybersecurity_skycraper