En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour recueillir vos informations de connexion, collecter des statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et adapter son contenu à vos centres d'intérêt.
En savoir plus et paramétrer les cookies Accepter
Comparateur de logiciels de gestion
Avec notre comparateur en ligne, trouvez en quelques clics la solution à votre besoin
agenda
Agenda
Solutions IT
  • 20/03/2018
    Mobility Meetings

    Lancement d’un nouveau salon Mobility Meetings, qui aura lieu à Cannes les 20, 21 et…

    en détail En détail...
  • 20/03/2018
    IT & IT Security Meetings 2018

    IT Meetings devient IT & IT Security Meetings et ouvrira ses portes en mars pour…

    en détail En détail...
Schneider_SMARTBUNKER_leaderboard

Du contrat de coût à la page aux MPS

ITrust_SOC_pave

Mais, alors que les constructeurs déploient un portefeuille de solutions qui veut anticiper les attentes des entreprises en termes de coûts, de productivité et d’optimisation des processus, celles-ci n’ont pas toujours une bonne perception des services proposés. Et pour cause, entre un simple contrat de coût à la page et un environnement d'impression totalement infogéré, il existe de multiples formules baptisées MPS. Le fameux contrat de coût à la page existait bien avant que les entreprises ne se préoccupent de la rentabilité de leur parc d'impression. Promu par les fabricants de copieurs puis par les constructeurs d’imprimantes, il couvre aujourd'hui toutes les typologies d’entreprises qui souhaitent globaliser leurs coûts de fonctionnement. Matériel, consommables, maintenance, le service de facturation à la page fédère toutes les charges pesant sur les périphériques. Un principe en apparence simple, que l’on peut voir comme un forfait “tout compris”, identique à ce que l'on trouve dans le monde de la téléphonie ou de l'automobile. La formule rassure bon nombre d'entreprises qui n'ont plus qu'à s'acquitter d'une facture mensuelle pour accéder à une infrastructure d'impression, en gardant le choix d'acheter ou de louer l'équipement. Le modèle perdure depuis des années et s'appuie sur une logique de prédictibilité. Cependant, “un contrat de coût à la page n'est pas un contrat de MPS, c'est un contrat de vente d'équipements”, précise Sabine Pion, Chef de Programme Xerox France, “Certes, les tarifs proposés représentent un coût de services, mais surtout de maintenance et de consommables”. A un palier supérieur, les constructeurs ont étendu ce modèle de facturation à celui d'un parc global où il faut harmoniser le coût à la page de périphériques souvent hétérogènes et correspondant à des typologies d'utilisateurs ou de services différents. On met alors le pied dans les Managed Print Services. Car pour être efficace, la gestion déléguée de l’impression nécessite bien plus que la livraison d’une flotte de matériel associé ou non à une volumétrie de production mensuelle. Il lui faut d’abord répondre aux besoins de l'entreprise, atteindre ensuite les objectifs fixés par une politique d’impression et assurer enfin une évolution dans le temps sans remettre en cause l'investissement initial. Sans compter d’autres enjeux tout aussi importants, notamment l’intégration de l'impression comme composante stratégique du SI, et l’optimisation de la gestion documentaire et son cortège d’obligations légales. A cela, s'ajoutent des approches distinctes entre fabricants d’imprimantes venus du monde de l’IT et bureauticiens spécialistes des copieurs, dues pour l'essentiel à des rivalités qui persistent entre informatique et services généraux : imprimantes multifonctions et copieurs multifonctions peuvent remplir les mêmes rôles mais ne sont toujours pas vendus ni de la même façon ni avec les mêmes services. Entre enjeux mal cernés et multiplicité des acteurs, la complexité initiale d’un projet de MPS peut donc rebuter de nombreuses d’entreprises. En même temps, ces dernières en attendent beaucoup.

Du contrat de coût à la page aux MPS
Notez cet article

Laisser un commentaire

Threat Intelligence Report

À travers sa plateforme de cyberveille mondiale, NTT Security analyse 40 % du trafic Internet dans le monde. Découvrez le dernier rapport du centre mondial de cyberveille (Global Threat Intelligence Center) sur l’état des menaces au troisième trimestre 2017

Lire le rapport

Sondage

Noël : quel cadeau High tech pour vous même ou vos proches? (3 choix possibles)

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Nos derniers dossiers
Témoignages
Juridique
  • Google traîné en justice par une association de consommateurs anglais

    Le géant américain Google faisait face jeudi 30 novembre à une plainte d'une association de…

    > En savoir plus...
Paroles d'experts
Paroles
d'experts
  • Expert - Collaboration entre développeurs freelances et entreprises : pourquoi les grands groupes doivent recruter un Chief Freelance Officer

    Recruter un Chief Freelance Officer ? Charles Thomas, CEO et co-fondateur de Comet, une start-up…

    > En savoir plus...
Etudes/Enquêtes
  • Cybersécurité : en 2018, des outils encore plus destructeurs

    Après une année marquée par des attaques informatiques de grande ampleur, 2018 promet d'être faste…

    > En savoir plus...
newsletter
Inscription Newsletter

Restez informé. L’abonnement à la newsletter est gratuit.

> Abonnement

Guide de la cybersécurité 2017-2018

Global K_Data scientist_skycraper
Agenda
livres blancs
Les Livres
Blancs
  • Les bonnes pratiques pour implémenter une solution de personnalisation

    > Voir le livre
  • Livre blanc « Digital Needs Trust " : pour construire ensemble un écosystème digital européen…

    > Voir le livre
Global K_Data scientist_skycraper