En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour recueillir vos informations de connexion, collecter des statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et adapter son contenu à vos centres d'intérêt.
En savoir plus et paramétrer les cookies Accepter
Comparateur de logiciels de gestion
Avec notre comparateur en ligne, trouvez en quelques clics la solution à votre besoin
agenda
Agenda
Solutions IT
  • 14/03/2018
    IT Partners, le rendez-vous de la communauté des décideurs du channel IT

    Le rendez-vous de la communauté des décideurs du channel IT français ouvrira ses portes les 14 et…

    en détail En détail...
  • 14/03/2018
    Le Gala des DSI 2018

    Pour sa 6ème édition, le Gala des DSI reprendra possession du Pavillon d’Armenonville à Paris.…

    en détail En détail...
GlobalK_GDPR _leaderboard

De Bpifrance aux business angels

08/06/2015 | commentaires 0 commentaire |
ITrust_SOC_pave

Bpifrance, banque publique d’investissement, intervient en cofinancement aux côtés des banques pour les investissements des entreprises, notamment en garantie, en prêt court terme, prêt à moyen et long terme, et en crédit-bail mobilier. Elle propose aussi des prêts de développement sans prise de garantie, pour financer l’immatériel et les besoins en fonds de roulement ; ceux-ci ont connu une forte hausse de 39 % en 2014, à 1,8 Md€. Parmi ces prêts, le prêt numérique est un prêt bonifié sans caution ni garantie dédié à l’investissement dans les technologies numériques.

Des anges accompagnent les start-ups

Les business angels s’adressent aux start-ups innovantes. “Notre niveau d’intervention varie de 100 000 à 500 000 euros, indique Tanguy de la Fouchardière, président de France Angels, fédération nationale de 78 réseaux de business angels. Nous intervenons au 1er, 2e ou 3e tour de table. Nous avons financé 305 entreprises en 2014, 51 % dans le numérique : nouveaux usages, objets connectés… Nous ne finançons pas une technologie pure mais appliquée c’est-à-dire une offre de services, un produit sur son marché.” Les business angels sélectionnent les projets selon des critères d’innovation, de montant recherché, de valorisation du projet (capacité de l’équipe à aboutir, proof of concept…), sa maturité (sites ou clients pilotes…). La durée moyenne d’investissement est de 7 ans. Les réseaux France Angels interviennent en cofinancement avec des fonds d’amorçage, Bpifrance, des banques : le coefficient multiplicateur est de 3,4. “L’étude, la sélection et l’accompagnement par les business angels, membres bénévoles de réseaux, rassurent les investisseurs, précise M. de la Fouchardière. Le taux de mortalité à 5 ans n’est que de 25 à 30 %, contre 50 % pour les nouvelles entreprises en général.”


 

AVIS D’EXPERT

Que faire quand on a des ressources limitées ?

virginie_baronnetVirginie Baronnet, DSI et directrice administrative et financière

 

Virginie Baronnet est DSI et directrice administrative et financière d’un bureau d’études de prévention et gestion des risques psychosociaux (RPS), qui compte 80 collaborateurs. Elle nous confie ses bonnes pratiques, tirées de son expérience de 16 ans comme responsable et directrice informatique. Réussir à financer des projets informatiques quand on a, en tant que PME, des ressources limitées et que les banques hésitent à suivre l’entreprise, passe par différents moyens. Elle favorise les solutions open source. Elle n’hésite pas aussi à chercher des solutions innovantes auprès de start-ups du numérique qui souhaitent faire tester leurs applications, pour obtenir une promotion importante, voire la gratuité. Une partie des coûts peut être facturé au client métier interne. Côté matériel, elle incite au Bring your own device (BYOD) avec financement d’une part de la maintenance par l’entreprise. Quand elle était responsable informatique de l’association Amnesty International, qui n’avait pas besoin de performances importantes, elle achetait du matériel recyclé auprès de brokers. Enfin, les solutions en SaaS ont aujourd’hui sa faveur. “Depuis mon arrivée il y a un an, j’ai passé les logiciels métier en SaaS. Auparavant, l’entreprise avait des logiciels métiers en mode propriétaire, donc avec des coûts de maintenance, hébergés sur des serveurs chez un prestataire. Les coûts sont lissés. Le gain financier est de 25 %.”

 

Auteur : Christine Calais

De Bpifrance aux business angels
Notez cet article

L’e-paiement, à l’heure de la convergence

Le nouveau livre blanc de la rédaction de Solutions-Numériques (40 pages). Dans un contexte réglementaire évolutif, le foisonnement des innovations s'accroit: paiement instantané, blockchain, dématérialisation, transformation de l’écosystème des paiements avec son ouverture à de nouveaux acteurs...

Lire le livre blanc

Sondage

RGPD : ETES-VOUS PRÊT ? Le Règlement Général sur la Protection des Données entre en application le 25 mai 2018.

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Nos derniers dossiers
Témoignages
Juridique
  • USA : les auteurs russes du piratage du Nasdaq écopent de lourdes peines de prison

    Deux russes, extradés il y a deux ans des Pays-Bas vers les Etats-Unis, ont été…

    > En savoir plus...
Paroles d'experts
Paroles
d'experts
  • Relève du poste de travail : les gains financiers du Desktop as a Service

    Nombreuses sont les entreprises qui se tournent vers des infrastructures de bureau virtuel depuis le…

    > En savoir plus...
Etudes/Enquêtes
  • Données personnelles : 1 consommateur sur 2 ne donne pas les vraies lors d'un achat

    Une étude révèle qu'un peu plus d'un consommateur français sur deux (55 %) indique de fausses…

    > En savoir plus...
newsletter
Inscription Newsletter

Restez informé. L’abonnement à la newsletter est gratuit.

> Abonnement

Guide de la cybersécurité 2017-2018

GlobalK_GDPR _skycraper
Agenda
livres blancs
Les Livres
Blancs
GlobalK_GDPR _skycraper