En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour recueillir vos informations de connexion, collecter des statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et adapter son contenu à vos centres d'intérêt.
En savoir plus et paramétrer les cookies Accepter
Comparateur de logiciels de gestion
Avec notre comparateur en ligne, trouvez en quelques clics la solution à votre besoin
agenda
Agenda
Solutions IT
  • 21/03/2017
    Salons Solutions RH 2017, 21, 22 et 23 mars 2017

    Le salon des outils et services dédiés aux dirigeants d'entreprises, aux responsables des Ressources Humaines,…

    en détail En détail...
  • 22/03/2017
    Salons Cloud Computing World Expo et Solutions Datacenter Management, les 22 et 23 mars 2017

    Du Datacenter au Cloud : voilà qui mérite une visite à la prochaine édition des…

    en détail En détail...
Appels d'offres en cours
  • Site Vitrine Internet pour une Association
    <1000 €
    > En savoir plus
  • Outil de création de templates d'emails pour une societé spécialisée dans le tourisme
    < 8 000 €
    > En savoir plus
  • Création de site E-Commerce pour une Association
    < 4 000 €
    > En savoir plus
Elo_documation2017_leaderboard

Affaire du droit d'auteur : Oracle débouté

Schneider_BackUPSApc_pavé

Si lors d'un premier jugement en demi-teinte Google n'avait été condamné qu'à une amende de 150 000 dollars pour avoir viol les droits d'auteur sur le langage Java détenus par Oracle, cette fois les choses sont claires. Google n'est pas coupable de violation de droits d'auteur aux yeux de la justice américaine.

Dans ce deuxième jugement, il en a été tout autrement. Non seulement le jury a estimé à l'unanimité que Google est non coupable, mais le juge qui est développeur lui-même, n'a pas mâché ses mots.

Pour lui, c'est plutôt Oracle qui est coupable de « demande hyper extême« . « En aucune manière la loi ne devrait permettre le versement de millions de dollars pour rangeCheck  et une décompilation« .

rangeCheck est une fonction très simple que le juge s'est déclaré capable d'écrire lui-même. Si simple que l'accusation de copie de 9 lignes de code ne peut être retenue.

« Ce serait le summum du ridicule si, pour ces 9 lignes, vous obteniez des centaines de millions de dollars [...] la justice ne fonctionne pas de cette manière« .

Auteur : Frédéric Mazué

Notez cet article

Laisser un commentaire

MIEUX GÉRER VOS DONNÉES ARCHIVÉES

Saurez-vous identifier et restaurer des données rapidement en réponse aux demandes d’audit ou de litige ? Petit-déjeuner /Conférence - Iron Mountain -7 mars 2017 , Hôtel Le Meurice Paris

Info & inscription

Sondage

Vos projets Démat et GED en 2017

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Nos derniers dossiers
Témoignages
Juridique
  • Prison avec sursis à Bayonne pour la revente de logiciels Microsoft d’occasion

    En septembre 2016, le tribunal correctionnel de Bayonne avait entendu 5 prévenus de contrefaçon de logiciels…

    > En savoir plus...
Paroles d'experts
Paroles
d'experts
  • Expertise - 4 points clés pour une transition numérique réussie du conseil de surveillance

    « Pour les entreprises, l’organisation d’un conseil doit être facilitée et ne plus représenter une…

    > En savoir plus...
Etudes/Enquêtes
  • Gestion des correctifs : près de 44 % des entreprises y passent plus de 16 h par mois

    Shavlik et AppSense ont interrogé pendant le VMworld Europe 2016 les responsables IT, au total…

    > En savoir plus...
newsletter
Inscription Newsletter

Restez informé. L’abonnement à la newsletter est gratuit.

> Abonnement
Schneider_BackUPSApc_skycraper
Agenda
livres blancs
Les Livres
Blancs
Elo_documation2017_skycraper