En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour recueillir vos informations de connexion, collecter des statistiques en vue d'optimiser les fonctionnalités du site et adapter son contenu à vos centres d'intérêt.
En savoir plus et paramétrer les cookies Accepter
Comparateur de logiciels de gestion
Avec notre comparateur en ligne, trouvez en quelques clics la solution à votre besoin
agenda
Agenda
Solutions IT
  • 06/12/2017
    Paris Open Source Summit

    Paris Open Source Summit, premier événement européen libre et open source, est le fruit de…

    en détail En détail...
  • 15/11/2017
    Cloud Expo Europe Paris 2017

    Cloud Expo Europe, Paris 2017, c'est le grand rassemblement d'experts dédiés au Cloud. Parmi les…

    en détail En détail...
Sigma_ebook_hybridation_leaderboard

15 ans à 15 000 tr/min : triste anniversaire pour le disque dur

Vertiv_Power_300x250_FR

John Scaramuzzo est un vétéran du stockage, passé par Seagate, il est aujourd’hui SeniorVice President et General Manager, Enterprise Storage Solutions, de SanDisk, le spécialiste des mémoires flash.. Observateur critique de l’histoire du disque dur, il était bien placé pour écrire cette tribune libre.

 

Quel était donc le dernier cri de la technologie il y a 15 ans, en l’an 2000 ?

Intel produisait le premier processeur à 1 GHz, Sharp commercialisait le premier téléphone appareil photo et Seagate lançait le Cheetah X15, le premier disque dur au monde fonctionnant à 15 000 tr/min, le 23 février 2000. Depuis lors, nous avons vu arriver 15 cœurs de processeur fréquencés à plusieurs gigahertz, des smartphones équipés de caméras de 35 mégapixels capables de filmer des vidéos en 4K UltraHD, sans parler de la naissance des réseaux sociaux (Facebook, Twitter et tous ces autres sites qui nous servent à gérer notre vie numérique ne sont apparus que quelques années plus tard).

Les disques durs continuent quant à eux de plafonner à 15 000 tr/min.

Cela fait une longue période d’absence de progression. Rappelons qu’en 2000, après tout, l’informatique « sans fil » concernait essentiellement la souris : le Wi-Fi n’est pas devenu courant avant 2003. Netflix révolutionnait le marché du divertissement en envoyant des films directement à domicile par la poste. A l’époque, la grande bataille dans l’informatique mobile se livrait encore entre Palm et Casio.

Alors pourquoi une telle sclérose dans le domaine des disques durs ? Toutes les technologies ne sont-elles pas censées se perfectionner en permanence ? En l’occurrence, il faut blâmer les lois de la physique, qui brident les disques durs. Ces derniers sont en effet des équipements mécaniques : les informations sont lues sur un plateau en rotation par une tête semblable à un saphir d’électrophone et opérant de la même manière, piste par piste.

Malheureusement, tout équipement mécanique a ses limites. Les composants tombent en panne ou s’usent, causant des interruptions inopinées et des casse-tête pour la maintenance. Les problèmes engendrés par les frottements, le couple et la résistance de l’air vont en s’amplifiant. En outre, le dépassement des 15 000 tr/min entraînerait également augmentation disproportionnée de la consommation d’énergie à l’heure où celle-ci est l’un des principaux problèmes auxquels sont confrontés les data centers. Une hausse de la consommation nécessiterait à son tour davantage de climatisation. En fait, si l’on y réfléchit, les disques durs et les climatiseurs sont deux équipements mécaniques critiques dans les data centers.

Ayant moi-même conçu des disques durs pendant de nombreuses années, je puis vous affirmer avec certitude que l’accélération de leur rotation n’est pas une solution. A mesure que la vitesse de rotation des plateaux s’accroît, la résistance de l’air et donc la consommation montent en flèche. Hélas, nonobstant ce surcroît d’énergie, le gain de performances est minime et, compte tenu du problème de la consommation des grands data centers, son augmentation est plus préjudiciable que l’amélioration des performances n’est bénéfique. Pire encore, l’accélération des disques durs nuit à leur fiabilité et pourrait même contraindre à une réduction de leur capacité ! (…)

Sachant cela, il n’est pas difficile de comprendre pourquoi nous n’avons jamais vu de disque dur tourner à plus de 15 000 tr/min. Des rumeurs ont couru que Western Digital travaillait sur un modèle à 20 000 tr/min en 2008, mais ce projet ne s’est jamais concrétisé. Les fabricants ont amélioré les matériaux des plateaux et imaginé des solutions pour réduire les turbulences à l’intérieur des disques. Les canaux sont renforcés pour permettre le transfert d’un plus grand volume de données par seconde. Pourtant, à un moment donné, c’est l’aspect pratique qui prend le dessus. Il faut bien accepter les limitations.

Qu’est-ce que cela implique pour les disques durs sur le long terme ?

Ce n’est pas de bon augure. Nous entrons dans une ère où l’accès aux données est absolument critique et où la construction de data centers et d’infrastructures informatiques, indispensables pour suivre le volume et la rythme de l’information, devient plus complexe chaque jour. Pensez donc : YouTube n’a pas vu le jour avant 2005, soit cinq ans après que les disques durs ont atteint leur vitesse limite. Or le site reçoit aujourd’hui environ 72 heures de contenu à la minute. Le concept de Big Data en est à ses balbutiements. L’information doit aller plus vite que les moteurs. La mémoire flash, qui offre une vitesse et un débit supérieurs en consommant beaucoup moins d’énergie, remédie déjà au problème dans les data centers hautes performances. Elle est appelée à se répandre sur le marché.

Les exploitants de data centers ont essayé de passer outre certains des inconvénients des disques en stockant les informations à la périphérie du plateau, plus facilement accessible, mais le besoin de vitesse finit toujours par ressortir. Ainsi, les colis qui étaient naguère transportés par voie maritime et ferroviaire le sont désormais par FedEx.

Les disques durs ne vont pas disparaître. Ils ont encore de beaux jours devant eux pour prendre en charge des tâches critiques dans le cadre de l’économie numérique. Simplement, ils ne constitueront pas la voie rapide.

John Scaramuzzo

15 ans à 15 000 tr/min : triste anniversaire pour le disque dur
Notez cet article

Laisser un commentaire

Formations Cloud Computing

Les services IT ont plus que jamais besoin de formations pour soutenir leurs processus d’amélioration continue et de performance. Global Knowledge offre un vaste catalogue de formations Cloud.

Plus d’info

Sondage

Windows 10 et vous

Voir les résultats

Loading ... Loading ...
Nos derniers dossiers
Témoignages
Juridique
  • Juridique - Données personnelles ou non : vers un marché numérique unique ?

      Le 13 septembre 2017, la Commission européenne a adopté la proposition de règlement fixant…

    > En savoir plus...
Paroles d'experts
Paroles
d'experts
  • Avis d'expert - Entreprise : comment trouver un business Angel

    Jérôme Tarting, PDG de Clic Formalités, spécialiste en ligne du formalisme pour professionnels et particuliers,…

    > En savoir plus...
Etudes/Enquêtes
  • En 2021, les tablettes représenteront 28 % des achats en France

    Voici une synthèse d'une étude IDC sortie en juin 2017 sur le marché des PC…

    > En savoir plus...
newsletter
Inscription Newsletter

Restez informé. L’abonnement à la newsletter est gratuit.

> Abonnement

Guide de la cybersécurité 2017-2018

GlobalK_Azure _Skycraper
Agenda
livres blancs
Les Livres
Blancs
  • Usages et technologies : concrétisez la transformation digitale de votre métier

    > Voir le livre
  • INTÉGRATION DE LA COMMUNICATION MULTICANAL

    > Voir le livre
GlobalK_Azure _Skycraper